Retour #1 : Vladivostock

Famille, Voyages

Quand les Coréens nous disaient qu’ils allaient à Vladivostok pour avoir un petit goût d’Europe pas trop loin de chez eux, cela nous faisait sourire tellement nous nous faisions une image de bout du monde de cette ville. Et pourtant, avec ses bâtiments de style XIXe aux tons pastel, jaune, rose ou vert ornementés de décorations ou de colonnades blanches, certaines rues de Vladivostok ont un air néo-classique qui pourrait rappeler Sofia ou Budapest.

DSC_1694

Vue d’avion, Vladivostok semble toute petite, perdue dans sa péninsule au milieu des immenses étendues boisées d’un côté et de l’Océan Pacifique de l’autre. En nous approchant du centre où se trouve notre hôtel, nous sommes vite pris dans des bouchons, malgré la largeur des avenues. Les panneaux et les affiches sont en cyrillique, les pizzas sont à des prix raisonnables et les personnes aux yeux bridés sont principalement des touristes venus de Corée ou de Chine. On retrouve bien quelques produits de marque coréenne dans les boutiques et la plupart des voitures ont leur volant à droite, comme au Japon mais ce sont les seules traces de l’Asie « asiatique » que nous connaissons depuis plus de deux mois, bien que Vladivostok ne soit qu’à une heure quarante de vol de Séoul et à plus de 6000 de kilomètres de Moscou à vol d’oiseau.

Nous arrivons la veille du Eastern Economic Forum (le Forum économique de l’Est), sorte de Davos local et nous sommes surpris par le nombre de jets privés alignés à l’aéroport. Jadis stratégique pour son port militaire sur le Pacifique, la Russie cherche aujourd’hui à peser également sur le terrain économique et commercial. En témoigne le gigantesque pont suspendu, devenu symbole de la ville qui traverse « la Corne d’or », bras de mer qui sépare la ville historique des nouveaux quartiers et nommé ainsi en référence à la Corne d’or d’Istanbul. Si la métropole turque se targue d’être le trait d’union entre l’Europe et l’Asie, Vladivostok voudrait bien être la porte de l’Europe sur le Pacifique.

dav

Il y a donc eu beaucoup d’investissement dans la ville et au milieu des bâtiments du XIXe siècle et des grands ensembles uniformes typiques de l’époque soviétique ont poussé des tours modernes ça et là. Un grand bateau de croisière trône au milieu du port. Un peu plus loin, un vieux sous-marin est exposé juste à côté du grand bâtiment de la marine militaire. A l’intérieur, de vielles photos de marins et d’équipages, des médailles, des décorations et des uniformes, puis le poste de conduite, intact et les torpilles tout à l’avant.

Sur la grande place entre la gare et le port, un immense monument à la gloire des combattants de la Guerre contre le Japon rappelle l’importance militaire de la ville. Une église est en construction sur la même place et nous assistons à la pose d’une partie du bulbe doré caractéristique des églises russes. Un peu plus haut, la statue de Lénine, bras tendu vers le Pacifique semble veiller sur la gare et le port en contrebas. Un passant nous apostrophe l’air pincé en nous voyant la prendre en photo.

DSC_1698

La gare de Vladivostok a été rénovée et est d’une propreté impeccable. Comme dans toutes les grandes gares russes, les bagages sont scannés et on passe sous un portique détecteur de métaux avant d’entrer. Un bel escalier d’époque descend sur le quai où commencent à embarquer les passagers. Notre train est déjà à quai et il est temps d’embarquer pour notre long voyage qui nous mènera jusqu’à Paris en dix-huit jours.

DSC_1702

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s