Japon #2 : Premiers jours à Tokyo

Famille, Reflexions, Voyages

On se recale doucement : premier réveil vers 13H30, second vers 10H (dans les gémissements), troisième vers 9h (on avait RDV…), puis 8 heures! Et il vaut mieux se recaler vite : les musées et jardins ferment à 17h…

DSC_0059

Tokyo est immense et en même temps, on passe d’un quartier à l’autre facilement, le métro, même aux heures de pointe, est super agréable : climatisé, avec des queues respectées pour entrer dans la rame… Dans les stations à forte affluence, des panneaux nous rappelle de nous laisser passer les uns les autres. Ce qui frappe le plus dans cette ville, c’est la fluidité ! Même les pompiers s’inclinent du haut de leur cabine de camion devant les passants qui les laissent passer au feu rouge… Ce qui n’empêche pas les Tokyoïtes d’être bien moqueurs : la boulangère qui se marre en me frappant dans le dos parce que je m’y prend comme un manche avec la pince à gâteaux, ou le vendeur de junk food qui éclate de rire quand je lui donne ma commande (j’ai compris après : c’était plus qu’épicé…).
La fluidité est certes en grande partie due à la discipline et la politesse japonaise, mais également à l’armée d’employés destinés à rendre service et s’assurer que tout fonctionne : deux personnes au passage à niveau piéton, une de chaque côté, au moins toujours une personne à chaque péage de métro, et dans le petit supermarché du coin, au moins 10 employés pour 50 m² de rayons…

DSC_0010

L’autre chose qui frappe également, alors que nous sommes dans un quartier très touristique pendant une fête traditionnelle, c’est la propreté des rues, impeccables, même dans les rues adjacentes ou moins fréquentées. Nous croisons souvent des personnes armées de petites pelles et de balayettes qui ramassent le moindre déchet de leur rue. Et tout est petit, mignon, bien arrangé, les devants des maisons recouvert de jardinières de plantes.

C’est la troisième chose qui surprend à Tokyo : la verdure partout présente, les arbres au milieu des immeubles, les pots de plantes partout présents dans les petites rues, les murs végétaux dans les hall d’ensemble de bureaux. Partout, sauf dans les cimetières, forêts minérales de pierres dressées, calmes et intégrés à la ville, sans mur, sans  délimitation précise (en tout cas à mon œil d’occidentale peu avertie…).

Quand on passe d’un quartier à un autre, les changements sont frappants : entre les grands immeubles qui forment le cœur des quartiers, des petites maisons se serrent les unes contre les autres dans un esprit village. Chaque quartier à son identité : Asakusa est le quartier historique, avec le plus vieux temple de la ville, ses petites maisons en bois, Shibuya, coeur trépidant de la night life, et son célèbre carrefour (celui avec le passage piéton en diagonale), Otomonde-Sando, les Champs Elysées japonais, à côté du Palais impérial, des lignées d’immeubles de bureau, plus loin, le quartier résidentiel de Setayaga… Bref, nous n’en aurons pas fait le tour en une semaine, loin de là!!

Quelques exemples de la diversité tokyoïte :

DSC_0008DSC_0023DSC_0031DSC_0064

Demain, un jardin Edo, Kamakura, dans la grande banlieue de Tokyo, puis une pause dans les montagnes japonaises à Takayama avant de commencer le Woofing!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s